MaPrimeRénov’: Tout savoir sur cette aide à la rénovation énergétique

Alors que les questions environnementales et la lutte contre le réchauffement climatique sont au cœur des préoccupations, le gouvernement français a mis en place une aide financière dédiée à la rénovation énergétique des logements : MaPrimeRénov’. Quelles sont les conditions d’éligibilité, les démarches à suivre et les montants accordés ? Décryptage de cette prime destinée à encourager les particuliers à améliorer l’efficacité énergétique de leur domicile.

Qu’est-ce que MaPrimeRénov’ ?

Créée en janvier 2020, MaPrimeRénov’ est une aide financière accordée par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) pour faciliter la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Elle a pour objectif d’aider les ménages français à diminuer leur consommation d’énergie et ainsi réduire leur empreinte carbone. Elle fusionne plusieurs dispositifs existants comme le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et les aides de l’Anah.

Qui peut bénéficier de MaPrimeRénov’ ?

Auparavant réservée aux ménages modestes, MaPrimeRénov’ s’est étendue depuis le 1er janvier 2021 à tous les propriétaires occupants, quelle que soit leur situation fiscale. Les propriétaires bailleurs pourront également en bénéficier à partir du 1er juillet 2021. Pour être éligible, le logement concerné doit être construit depuis au moins deux ans et constituer la résidence principale du demandeur.

Les montants accordés sont déterminés en fonction des revenus des ménages, mais aussi de la performance énergétique des travaux envisagés. Les ménages sont classés en quatre catégories : très modeste, modeste, intermédiaire et supérieur. Les aides sont ainsi plus importantes pour les foyers aux revenus les plus modestes.

A lire aussi  L'audit énergétique en copropriété : un levier pour optimiser la performance énergétique des bâtiments

Quels travaux sont éligibles ?

MaPrimeRénov’ concerne différents types de travaux visant à améliorer la performance énergétique d’un logement. Parmi eux :

  • L’isolation thermique des parois opaques (murs, toitures, planchers)
  • L’isolation thermique des parois vitrées (fenêtres, portes-fenêtres)
  • Le remplacement ou l’amélioration du système de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire
  • L’installation d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) performant
  • L’utilisation d’énergies renouvelables (chaudières biomasse, pompes à chaleur, panneaux solaires)

Néanmoins, pour être éligibles à MaPrimeRénov’, ces travaux doivent être réalisés par un professionnel Reconnu garant de l’environnement (RGE).

Comment en bénéficier ?

Pour demander MaPrimeRénov’, il est nécessaire de suivre un certain nombre d’étapes :

  1. Inscription sur la plateforme en ligne maprimerenov.gouv.fr
  2. Création d’un compte personnel et renseignement des informations demandées (situation fiscale, type de travaux envisagés, etc.)
  3. Réalisation du devis par un professionnel RGE et soumission du dossier de demande d’aide en ligne
  4. Validation du dossier par l’Anah et versement de la prime après réalisation des travaux

Il est important de noter que la demande d’aide doit impérativement être effectuée avant le début des travaux. Le montant accordé est calculé en fonction du devis fourni et des économies d’énergie estimées.

Quels sont les montants accordés ?

Les montants de MaPrimeRénov’ varient en fonction des revenus des ménages et du type de travaux réalisés. Par exemple :

  • Pour l’isolation des combles ou des rampants, les aides peuvent aller jusqu’à 50 € par m² pour les ménages très modestes et 40 € par m² pour les ménages modestes.
  • Pour le remplacement d’une chaudière au fioul par une pompe à chaleur, les aides peuvent atteindre 10 000 € pour les ménages très modestes et 8 000 € pour les ménages modestes.
A lire aussi  Le Chalet de Montagne: Un Havre de Paix au Cœur des Alpes

MaPrimeRénov’ peut également être cumulée avec d’autres dispositifs d’aide à la rénovation énergétique, tels que l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), les aides des collectivités territoriales ou encore les certificats d’économies d’énergie (CEE).

Un enjeu majeur pour la transition énergétique

Inciter les Français à rénover leur logement est un enjeu crucial dans la lutte contre le réchauffement climatique. En effet, le secteur du bâtiment représente près de 45% de la consommation finale d’énergie en France et près de 27% des émissions de gaz à effet de serre, selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). La généralisation des travaux de rénovation énergétique est donc essentielle pour atteindre les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique et le Plan Climat.

Avec MaPrimeRénov’, le gouvernement français espère ainsi inciter davantage de particuliers à entreprendre des travaux visant à améliorer l’efficacité énergétique de leurs logements, contribuant ainsi à la réalisation des objectifs nationaux en matière de lutte contre le réchauffement climatique.